Du texte à l’écran : L’édition de textes à l’heure de l’électronique

J’ai assisté, le jeudi 4 novembre, à un Atelier organisé par l’École nationale des chartes et l’Università degli studi di Siena ad Arezzo, intitulé Du texte à l’écran : L’édition de textes à l’heure de l’électronique, dont le programme est disponible ici, et j’aimerais vous faire profiter des quelques notes que j’ai prises à cette occasion.

La matinée était consacrée, avec un parti-pris pratique appréciable, à la présentation d’expériences d’éditions, dont la diversité était un point fort. Ainsi, après un mot de bienvenue du directeur de l’ENC, Jacques Berlioz, la journée s’est ouverte sur une présentation, par Florence Clavaud, du travail qu’elle a effectué en collaboration avec le Groupe de recherche sur les pouvoirs et les sociétés de l’Occident médiéval et moderne (le GREPSOMM) pour convertir de façon semi-automatisée les 387 minutes correspondant à l’année 1437 dans la pratique de Pierre Christofle, notaire à Orléans, depuis le format Open document, utilisé  pour leur travail préparatoire par les chercheurs canadiens, au format XML TEI, adapté à une publication en ligne, qui ne saurait tarder, sur la plateforme d’édition électronique de l’ENC, ELEC. Camille Desenclos a ensuite poursuivi sur la TEI, avec la présentation du travail d’édition entrepris pour son mémoire de Master II et portant sur la correspondance active de l’ambassade du Duc d’Angoulême (1620-1621), corpus constitué de 87 lettres. Elle a montré en  quoi elle avait été amenée à opérer des choix d’encodage en raison d’une forme d’inadéquation de la TEI à l’édition de correspondances. Elle a également souligné qu’au sein du projet TEI, un groupe spécialement dédié aux correspondances travaillait à la définition de bonnes pratiques et à la création de nouveaux éléments et classes adaptés.

On s’est ensuite éloigné temporairement de la TEI, avec une présentation par Elisa Brunoni et Irene Giacomelli de l’édition digitale du Corpus Rhythmorum Musicum (IVe-IXe siècle), dirigée par Francesco Stella, édition très riche, notamment du côté de l’interactivité et des statistiques textuelles, concernant entre autres choses l’ordre syntaxique (vers par vers !) ou les cas employés. S’il est permis de faire une légère critique sur cette présentation, par ailleurs passionnante et concernant une édition très aboutie, on pourra déplorer le manque relatif de détails techniques sur la réalisation concrète de la base de données qui est derrière l’édition.

Pont entre les travaux des érudits français et italiens, la communication de Laura Gili s’est penchée sur les possibilités procurées par l’outil électronique pour les éditions multilingues. Elle a également introduit la question du lien entre édition papier et électronique, problématique qui a été ensuite reprise par Anne Rochebouet, qui a présenté l’intérêt indéniable de LaTeX pour les éditions critiques sous forme papier, tant en ce qui concerne la présentation d’un apparat critique sur plusieurs étages de notes, la mise en vis-à-vis de textes sur plusieurs colonnes ou sur deux pages, ou la typographie impeccable que permet ce logiciel de traitement de texte, certes un peu atypique à l’heure de l’hégémonie du WYSIWYG, mais dont l’efficacité n’est plus à démontrer.

L’après-midi s’est ensuite ouverte par une présentation, par Frédéric Glorieux et Vincent Jolivet, de Diple, modules et méthodes pour l’édition en ligne de documents TEI. Diple fournit plusieurs outils pour qui voudrait se lancer dans l’édition en TEI : un module de conversion de fichiers Open document en fichiers XML TEI ; le schéma TEI utilisé par ELEC ; un module, XREM, de génération automatique de la documentation d’un fichier XML ; une libraire PHP permettant de générer le site de consultation…  Devant tant d’outils permettant virtuellement de faire une édition électronique de façon automatisée, une question récurrente et fondamentale a refait surface : Peut-on faire une édition en XML sans connaître les balises ? Si l’on ne peut proposer de réponse univoque à cette question, on notera toutefois que, si des développements permettent d’automatiser la partie la plus technique du travail d’édition en ligne, la responsabilité des choix scientifiques, y compris en ce qui concerne le balisage, et leur justification repose nécessairement sur l’éditeur.

La dernière partie de cette journée a enfin été consacrée à l’exploitation des éditions électroniques, avec en premier lieu une intervention de Dominique Stutzmann sur l’exploitation de l’information paléographique du matériau écrit. La démonstration s’est appuyée sur l’exemple des différentes formes du s et des variations dans le système abréviatif. Une analyse en composantes principales exceptionnellement claire a montré sur le plan factoriel envisagé une division de la population en deux groupes selon un critère chronologique (avant ou après 1169). L’intervenant a également renvoyé à un article de Nicolas Mazziotta dans Corpus relatif à ces questions d’encodage des abréviations du français médiéval1 et souligné à la fois la multiplicité des initiatives actuelles et l’importance de l’élaboration d’une norme d’encodage, nécessaire à la pérennité et l’interopérabilité.

Ce fut alors au tour de Frédéric Glorieux et Renaud Alexandre de présenter le projet OMNIA, Outils et méthodes numériques pour l’interrogation et l’analyse de textes médiolatins2, en mettant l’accent sur le besoin de numérisation et de mise en ligne des ressources lexicographiques existantes et l’utilisation des documents numérisés « pour mettre en place des procédures de recherche formalisées et largement assistées ». Pour satisfaire à ce dernier objectif, il est indispensable de recourir à des outils de lemmatisation, de génération de tables de cooccurrence et d’interrogation chronologique. Nous ne pouvons en effet que souligner l’importance de ces besoins, pas uniquement spécifiques au latin médiéval, mais valant également pour les langues romanes médiévales3.

Last but not least, la journée s’est conclue par une intervention de Francesco Stella sur des Expérimentations de statistique linguistique sur un genre littéraire : l’épître latine. S’il est impossible de résumer en détail ici cette communication particulièrement riche, on s’attardera sur un point très intéressant soulevé dans le débat : faut-il lemmatiser ? En effet, dans une certaine mesure, lemmatiser c’est détruire de l’information linguistique, comme il a été souligné avec un renvoi aux théories de Michel Banniard, bâties en bonne part sur l’observation des formes. On ne peut néanmoins s’empêcher de constater, en consultant de nombreuses études de statistiques textuelles, et particulièrement en regardant « en bas » des tableaux d’occurrences, que l’importance  de certains lemmes dont beaucoup de formes différentes sont employées (et je pense particulièrement aux verbes) est masquée par l’absence de lemmatisation. En attendant de consacrer un billet entier à cette question, je me contenterai de noter ici, avec D. Stutzmann, qu’il serait intéressant d’étudier ce qui se passe au moment de la lemmatisation, c’est-à-dire l’utilisation des cas et des genres propre à chaque lemme, et de conclure avec l’ensemble des participants qu’une étude sérieuse se doit d’envisager à la fois l’utilisation des formes brutes et des lemmes.

Au moment de conclure ce billet, je m’aperçois que cette journée d’études a déjà fait l’objet d’un fort intéressant compte rendu, que je vous invite à consulter également, sur le blog de Dominique Stutzmann.

  1. Nicolas Mazziotta, « Traiter les abréviations du français médiéval. Théorie de l’écriture et pratiques d’encodage », Corpus [En ligne], n°7 | novembre 2008, mis en ligne le 13 novembre 2009, Consulté le 18 décembre 2010. URL : http://corpus.revues.org/index1517.html []
  2. On trouvera une présentation générale de ce projet, datant de 2009, dans Bruno Bon, « OMNIA: outils et méthodes numériques pour l’interrogation et l’analyse des textes médiolatins (2) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 14 octobre 2010, Consulté le 18 décembre 2010. URL : http://cem.revues.org/index11566.html []
  3. La question des outils existants  de lemmatisation pour l’ancien français ou l’ancien occitan fera d’ailleurs ici même l’objet d’un billet détaillé. []

3 réflexions au sujet de « Du texte à l’écran : L’édition de textes à l’heure de l’électronique »

  1. Bonjour,
    Je ne connais hélas pas d’autres comptes rendus que celui que je cite et le mien.
    Concernant l’utilisation de LaTeX pour les éditions critiques, c’est un sujet que je connais quelque peu, puisque j’utilise LaTeX en ce sens et que j’ai donné quelques cours à l’École des chartes sur ce sujet. Peut-être puis-je vous faire parvenir quelques indications ? Autrement, cela pourrait également fournir la matière d’un billet sur ce carnet.
    En attendant, un bon endroit pour commencer est la documentation du package Ledmac, vraisemblablement le plus utilisé pour les éditions critiques en LaTeX : http://www.ctan.org/tex-archive/macros/latex/contrib/ledmac
    Cordialement

  2. A tout hasard savez si cette journée a donné lieu à des comptes rendu plus élaborés ? Je cherche en particulier tout renseignement disponible sur les éditions critiques en LaTeX.

    Cordialement

  3. Ping : Tweets that mention Du texte à l’écran : L’édition de textes à l’heure de l’électronique | Sacré Gr@@l -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *