Le scandale du stemma contaminé. Note sur l’usage des cardiogrammes en philologie.

 Lorsqu’il s’intéresse à une tradition textuelle, le philologue peut parfois rester perplexe. En effet, la situation rêvée dans laquelle un texte serait transmis de génération en génération, sinon à l’identique, du moins de manière linéaire (A recopie sur B, qui lui même recopiait sur C etc.), ne se réalise pas nécessairement. Il arrive ainsi qu’un texte ait été copié, non à partir d’une seule source, mais qu’un passage de ce texte soit recopié à partir d’une source, le suivant d’une autre source etc. On parle alors de contamination de la tradition, et plus précisément dans le cas que nous évoquons de contamination successive.

Pour comprendre la généalogie des manuscrits d’un texte, ce qu’on appelle le stemma codicum, il faut dans ce cas découper le texte en fonction  des diverses sources qu’il a pu utiliser. C’est là qu’interviennent nos cardiogrammes.

Même silhouette, même famille

Mais pourquoi diable utiliser des cardiogrammes en philologie ? L’idée, développée par les philologues néerlandais Wattel et Van Mulken, est d’utiliser cet outil comme forme de représentation graphique des distances entre les versions d’un texte.

La marche à suivre pour construire ces cardiogrammes est en fait assez simple. On prend comme point de référence une version, par rapport à laquelle toutes les autres versions seront comparées. Notons que, bien évidemment, le choix de cette version de référence est absolument indifférent, et que la terminologie « de référence » ne renvoie en aucun cas à quelque chose comme : la version la plus ancienne, la version la plus complète etc. Il s’agit seulement de définir arbitrairement un étalon.

On va ensuite comparer, ligne par ligne, ou page par page (en tout cas, unité de texte par unité de texte) la similarité observée entre cette version et chacune des autres. Pour cela, on liste exhaustivement les variantes observées dans les différentes versions étudiées. Et on calcule le nombre de fois par unité de texte choisie où apparaît une variante par rapport au texte de référence. Remarquons que l’on peut bien sûr pondérer ce calcul en fonction du type de variante, considérant qu’un changement de terminaison est x fois moins significatif qu’un remplacement total du mot utilisé. Nous reviendrons sur la question – épineuse – des pondérations en fonction du type de variante en stemmatologie dans un autre billet. Quel que soit donc son mode de calcul, ce nombre est alors transformé, normalisé, pour devenir une sorte de pourcentage de similarité ou de dissimilarité. Si les textes sont identiques tout au long d’une unité, on code +100% leur état ; s’ils sont aussi dissemblables que possibles, on code leur état -100%.

Sur le graphique ci-dessus, représentant le graphique obtenu selon la méthode que nous venons d’énoncer pour les différents manuscrits du Charroi de Nîmes, on peut ainsi se faire une idée de la similarité de ces manuscrits, et de leurs points communs éventuels. On voit par exemple que le manuscrit représenté par la quatrième ligne en partant du haut doit être très proche du manuscrit “de référence”: cette ligne est toujours haute (c’est à dire près de 100%), et plutôt droite (trois petits pics descendants dans la deuxième moitié du texte). On remarque aussi que 4 manuscrits représentés en bas du graphique sont représentés par un tracé quasi-identique: ils ont les mêmes dissemblances avec le texte de référence, et sont donc probablement de la même lignée.

Le cardiogramme

On peut ensuite représenter cette information un peu différemment – c’est ce qui constituera à proprement parler le cardiogramme – pour étudier, non pas la similarité globale, mais les différents points de rupture qui interviennent dans le texte, pour repérer l’éventuelle contamination successive.

L’idée est de filtrer l’information contenue dans le précédent diagramme pour ne retenir que les chocs les plus violents – ceux qui pourraient indiquer, au-delà d’une petite ingérence ou d’erreurs minimes d’un copiste, une rupture dans la source copiée, une trace de cette « contamination  successive » dont nous parlions au tout début. Ces chocs, plus précisément appelés « ondes de choc » (« shock waves »), ou « battements de cœur » (« heart beats ») pour filer la métaphore médicale, sont isolés en ne retenant du précédent graphique que les variations les plus brutales, et en renormalisant non sur échelle -100% / 100%, mais sur une échelle de 0 à 1. Ce choix de normalisation correspond au fait que l’on ne s’intéresse qu’à la valeur absolue du changement, et non à son sens : peu importe que l’on se rapproche ou s’éloigne du texte de référence, ce qui compte est qu’un fort changement a lieu – indiquant un passage probablement inspiré d’une autre source que celle du passage précédent.

 

Ce graphique représente le cardiogramme associé aux manuscrits de tout à l’heure. Ils permettent de visualiser les changements cruciaux dans chacun des textes – à chaque pic correspondant un changement possible de main, de source etc.

Pourquoi des cardiogrammes ?

On pourrait bien évidemment imaginer d’autres moyens statistiques pour obtenir les mêmes conclusions. On peut d’ailleurs totalement se passer de visualisation, et simplement compter, par unité de texte,  les variations par rapport au texte de référence, éventuellement les pondérer, et ne  considérer le chiffre obtenu comme significatif qu’à partir d’un certain seuil, au-delà duquel on considère que le passage a de fortes chances d’être tiré d’une source différente. C’est finalement là toute la démarche des cardiogrammes. Est-ce à dire que les cardiogrammes sont des gadgets ?

L’usage montre en fait que ces visualisations ont une portée heuristique évidente. Elles permettent de voir d’un coup d’œil les manuscrits venant d’une même filiation, et d’isoler les ruptures dues à contamination successive. Bien sûr, on pourrait repérer toutes ces ruptures à l’aide d’un algorithme quelconque. Il n’en reste pas moins que les cardiogrammes sont, si on tient à se faire par soi-même une idée de la tradition que l’on étudie, la visualisation la plus intelligente actuellement proposée.

Bibliographie

DEN HOLLANDER A.A., “How shock waves revealed successive contamination. A cardiogram of early sixteenth-century Dutch Bibles.” in VAN REENEN P., DEN HOLLANDER A.A, VAN MULKEN M.J.P. (Eds), Studies in Stemmatology 2 (pp.99-112), Amsterdam: John Benjamins, 2004

WATTEL E., VAN MULKEN M.J.P., “Schock Waves in Text Traditions, Cardiograms of the Medieval Litterature”, in VAN REENEN P., VAN MULKEN M.J.P. (Eds), Studies in Stemmatology (pp.105-121), Amsterdam: John Benjamins, 1996

 


Florian CAFIERO

Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, Florian Cafiero étudie l'histoire économique à l'université Paris-IV Sorbonne sous la direction de Dominique Barjot. Il enseigne les "traitements statistiques de corpus" aux Langues'O.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

About Florian CAFIERO

Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, Florian Cafiero étudie l'histoire économique à l'université Paris-IV Sorbonne sous la direction de Dominique Barjot. Il enseigne les "traitements statistiques de corpus" aux Langues'O.
This entry was posted in Statistiques and tagged , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Le scandale du stemma contaminé. Note sur l’usage des cardiogrammes en philologie.

  1. Pingback: Qui est qui ? Guillaume d’Orange et les objets | Juliette Bourdier

  2. Pingback: Qui est qui ? Guillaume d’Orange et les objets | French Again

  3. Pingback: Le scandale du stemma contaminé. Note sur l’usage des cardiogrammes en philologie. | Sacré Gr@@l | Textual Scholarship | Scoop.it

  4. Pingback: Le scandale du stemma contaminé. Note sur l’usage des cardiogrammes en philologie. | Sacré Gr@@l | Edition critique et digital humanities | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value=""> <pre style="" name="" class="" lang="" width="">