L’ascension des Médicis – analyse des réseaux (2)

Dans ce deuxième billet consacré à l’analyse des réseaux, nous nous intéressons à un exemple intéressant d’application de la théorie des réseaux aux sciences humaines. L’article dont nous parlerons ici, publié en 1993 par Padgett et Ansell, pose une question à laquelle beaucoup pensaient savoir répondre: pourquoi les Médicis ont-ils réussi à s’imposer à Florence, face à des familles et clans tout aussi puissants qu’eux ? A travers cet article et les développements qu’il a suscité (notamment dans Jackson, 2008), nous explorerons quelques aspects fondamentaux de l’analyse des réseaux en sciences humaines: la diversité de la nature des liens, la notion de centralité et ses différentes variations etc.

Le pouvoir à Florence au Quattrocento

Le pouvoir des Médicis sur la cité florentine s’établit au début du XVe siècle grâce à Cosimo de’ Medici (1389-1464), dit aussi Cosme l’ancien. Leur ascension peut initialement paraître surprenante, les Médicis étant une famille objectivement moins puissante que bien d’autres familles de l’oligarchie alors au pouvoir.

Portrait de Cosimo Il Vecchio de Medici - Agnolo Bronzino (~1565/1569), Galerie des Offices, Florence

Portrait de Cosimo Il Vecchio de Medici – Agnolo Bronzino (~1565/1569), Galerie des Offices, Florence

Les Strozzi, par exemple étaient à la fois plus riches, et plus puissants politiquement, possédant notamment plus de sièges dans les instances législatives.

Une interprétation souvent avancée pour expliquer ce phénomène est d’ordre socio-économique. Les Médicis auraient incarné une classe « moyenne » et marchande, face aux familles plus riches, et surtout à la richesse plus ancienne. Pourtant d’après cet article, la richesse des soutiens des Médicis, et l’évolution de celle-ci, ne se distingue pas de celles des soutiens des oligarques. De surcroît, la richesse des Médicis aurait été tout à fait comparable à celle de ces rivaux oligarques. L’explication par une sorte de guerre des classes ne semble donc pas si probante.

« It’s the network stupid ! »

L’article de Padgett and Ansell tente donc une explication alternative de ce fait étonnant par l’analyse des réseaux. Le succès des Médicis, menés par celui qui deviendra le pater patriae, viendrait de leur position centrale dans un réseau de relations économiques, politiques et matrimoniales.

Pour examiner en détail les réseaux d’influence des Médicis, les auteurs encodent séparément différents types de liens entre les familles: immobiliers, matrimoniaux, commerciaux et bancaires. Plusieurs graphes sont ainsi créés séparément puis superposés.

Structure des relations entre 92 "familles" florentines

Structure des relations entre 92 « familles » florentines

Une pratique dont la trivialité n’a d’égal que l’utilité. Ceci permet d’effectuer aussi bien des analyses synthétiques que plus détaillées quant aux liens unissant les différentes familles florentines.

Une analyse rapide fournit assez rapidement des résultats. Si l’on ne fait que compter les relations qu’entretiennent les Médicis avec d’autres familles, on remarque déjà que leur réseau est un peu plus étendu que celui de leurs rivaux. Par exemple, les Médicis arrivent en tête du nombre de mariages conclus avec d’autres familles.

Pour autant, leur domination en la matière n’est pas absolue, ce nombre dépassant d’environ 50% celui des alliances matrimoniales des Guadagni ou même des Strozzi. Suffirait-elle à expliquer l’irrésistible ascension de cette famille ? C’est dur à croire.

De l’importance d’être central

Ce que montre l’analyse des auteurs, c’est que les Médicis doivent moins leur pouvoir à une fortune ou à un nombre de relations différents des autres qu’à l’agencement même de ces relations.

Il existe ainsi une différence majeure entre les soutiens des oligarques et ceux des Médicis. Les premiers se connaissent majoritairement entre eux, et entretiennent des relations de différents types. Des relations complexes à gérer, qui ont pu générer ou exacerber rivalités et conflits d’intérêts.

A l’inverse, les différents soutiens des Médicis n’entretiennent que peu de liens entre eux. Ils ont besoin des Médicis pour accéder aux autres membres du réseau de soutien à cette famille. De surcroît, ces soutiens n’ont pas n’ont plus de connexions directes aux oligarques: ils doivent également passer par les Médicis pour s’adresser à eux.

Dans son livre de 2008, Matthew Jackson propose d’analyser ce phénomène en termes de centralité,  plus précisément de centralité d’intermédiarité (betweenness centrality).

Soit P(ij) le nombre de « plus courts chemins » entre deux familles i et j. Soit Pk(ij) le nombre de ces plus courts chemins passant par la famille k. Plus Pk(ij) est élevé par rapport à P(ij), plus on peut considérer que la famille k est un intermédiaire crucial pour les relations entre les familles et j.

Pour déterminer l’importance qu’a une famille (ou un noeud en général) pour connecter d’autres familles entre elles au sein d’un réseau, on calcule la moyenne de ces Pk(ij) pour toutes les familles i et j du réseau.

La centralité d’intermédiarité se calcule donc tout bêtement ainsi:

centralite-dintermediarite

Reprenant les bases de données utilisées par Padgett et Ansell, Matthew Jackson calcule ainsi cette centralité de la famille Médicis au sein de son réseau: 0.522 ! En d’autres termes, les Médicis sont plus de la moitié du temps sur le plus court chemin entre deux grandes familles florentines de leur réseau !

 Les Guadagni, qui arrivent seconde famille la plus influente selon cette mesure, obtiennent un score plus de moitié moindre (0.255). Quant à la centralité d’intermédiarité des Strozzi, elle dépasse péniblement les 10% (0.103).

Conclusions méthodologiques

Sans revenir sur le contenu scientifique de cet article, on retiendra deux points méthodologiques importants:

  • Dès l’encodage de la base de données, il est important de relever les différents types de liens pouvant unir les individus. Contrairement aux réseaux en mathématiques, ou parfois en physique, la notion de lien est, dans nos disciplines, avant tout métaphorique, et peut regrouper des réalités disparates. Il convient d’en être conscient, et de se laisser les moyens d’étudier séparément les différents types de lien – quitte à effectuer des regroupements ex post.
  • Dans l’analyse d’un réseau, la forme du graphe et ses propriétés peuvent être tout aussi importantes, voire plus importantes, que des résultats de base comme le nombre de liens associés à un nœud. L’importance des Médicis ici n’est pas tant manifeste à travers l’étendue de leur réseau que par la forme même de ce réseau. Un aspect qu’il est donc crucial de ne jamais négliger.

Bibliographie:

JACKSON Matthew O., Social and Economic Networks, Princeton University Press, 2008

PADGETT John F., ANSELL Christopher K., « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434. « ,  American Journal of Sociology, 98-6, 1259-1319, mai 1993

Florian CAFIERO

Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, Florian Cafiero enseigne les méthodes quantitatives appliquées à la philologie à l'Ecole nationale des chartes, ainsi que les humanités numériques à Paris Sciences et Lettres (PSL).

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn