TEI, LaTeX et les éditions critiques sur papier : I. Les différents packages

Galerie

Cette galerie contient 3 photos.

En matière d’édition critique électronique, la norme qui semble aujourd’hui s’imposer suppose l’emploi du XML TEI. Mais, pour la version papier de cette même édition — on peut après tout souhaiter disposer également d’une version papier, ne serait-ce que parce que … Lire la suite

Zotero et BibLaTeX : créer une bibliographie classée par thèmes

Galerie

Cette galerie contient 3 photos.

Parmi les utilisations un peu plus avancées que l’on peut faire du couple Zotero-BibLaTeX, nous verrons aujourd’hui comment créer une bibliographie thématique. Pour exposer quelque peu mon objectif : je souhaite utiliser une collection Zotero pour créer ma bibliographie de thèse, … Lire la suite

Une solution bibliographique pour LaTeX et les Humanités : BibLaTeX

Depuis bien longtemps, les utilisateurs de LaTeX s’arrachaient les cheveux devant la seule véritable solution de gestion de bibliographique qui leur était proposée, j’ai nommé  BibTeX. N’accablons pas trop BibTeX : créé en 1985, peu après LaTeX, par Oren Patashnik et Leslie Lamport (le créateur de LaTeX himself), BibTeX répondait à un besoin de solution de gestion semi-automatisée des références bibliographiques, fondée sur une base de données contenant les références (fichier .bib) et un fichier de style (.bst). Cette solution était particulièrement innovante pour l’époque, où personne n’entendait encore parler de Zotero, et l’est encore à certains égards. Rendons grâce à ses auteurs.

Maintenant, avouons-le, BibTeX a un (très) gros défaut : ses fichiers de style. Ceux-ci sont écrit dans un code très particulier (qu’on qualifie de notation polonaise inversée ou reverse polish notation1, il fallait y penser). À titre d’exemple, voici un bout de bon vieux code bst de BibTeX (souvenirs, souvenirs…) :

INTEGERS { nameptr namesleft numnames }

FUNCTION {format.names}
{ 's :=
#1 'nameptr :=
s num.names$ 'numnames :=
numnames 'namesleft :=
{ namesleft #0 > }
{ s nameptr "\bgroup\sc {vv~}{ll~}\egroup{{}}{(ff)}{, jj}" format.name$ 't :=
nameptr #1 >
{ namesleft #1 >
{ ", " * t * }
{ numnames #2 >
{ "" * }
'skip$
if$
t "others" =
{ " et~al." * }
{ " et " * t * }
if$
}
if$
}
't
if$
nameptr #1 + 'nameptr :=
namesleft #1 - 'namesleft :=
}
while$
}

Si vous ne vous êtes pas enfuis en courant, vous aurez la joie d’apprendre qu’il existe désormais une alternative relativement plus simple, plus souple, et plus riche à BibTeX, qui s’appelle BibLaTeX. Développé et maintenu par Philipp Lehman, BibLaTeX réunit un grand nombre d’outils qui étaient auparavant dispersés dans divers modules. BibLaTeX fonctionne en utilisant les mêmes bases de données .bib que BibTeX, et, si à l’origine il se servait en partie du moteur de BibTeX, il peut désormais s’en dispenser complètement grâce à Biber, et gère ainsi nativement l’UTF8. En outre, et c’est là son plus grand avantage comparatif,  il utilise un langage pour les styles beaucoup plus abordable que celui de BibTeX :

\renewcommand*{\mkbibnamefirst}[1]{\textit{#1}}
\renewcommand*{\mkbibnamelast}[1]{\textit{#1}}
\renewcommand*{\mkbibnameprefix}[1]{\textit{#1}}
\renewcommand*{\mkbibnameaffix}[1]{\textit{#1}}
\DeclareFieldFormat{booktitle}{#1\isdot}
\DeclareFieldFormat{journaltitle}{#1\isdot}
\DeclareFieldFormat{issuetitle}{#1\isdot}
\DeclareFieldFormat{maintitle}{#1\isdot}
\DeclareFieldFormat{pages}{#1}
\DeclareFieldFormat{title}{#1\isdot}
\DeclareFieldFormat[article]{title}{#1}
\DeclareFieldFormat[inbook]{title}{#1}
\DeclareFieldFormat[incollection]{title}{#1}
\DeclareFieldFormat[inproceedings]{title}{#1}
\DeclareFieldFormat[patent]{title}{#1}
\DeclareFieldFormat[thesis]{title}{#1}
\DeclareFieldFormat[unpublished]{title}{#1}

Pour quelqu’un qui connaît un peu LaTeX, c’est tout de suite beaucoup plus parlant. Qui plus est, en plus d’être relativement accessible, ces styles sont configurables à l’extrême, et ce bien plus qu’à peu près n’importe quel autre format de styles bibliographiques que j’ai pu rencontrer. Je me suis lancé dans la création d’un style, et j’ai été agréablement surpris à la fois du degré de détail jusques auquel on peut aller et de l’élégance du code.

En outre, pour ceux qui ne voudraient malgré tout pas se lancer dans la création d’un style, il existe des styles tout prêts qui correspondent beaucoup mieux aux normes des humanités françaises (il y a notamment des styles de base qui fonctionnent en Auteur, titre, et qui gèrent le titre abrégé, les ibid., etc.). Pour les historiens, le style de la Historische Zeitschrift peut être un point de départ intéressant.

Parmi les nombreuses autres fonctionnalités qui me restent à explorer figurent celles jadis éparpillées dans les modules babelbibbibtopicbibunitschapterbib,citeinlinebibmcite et mciteplusmlbibmultibibsplitbib, plus d’autres propres à BibLaTeX. Les fonctionnalités évoquées dans la description du paquet on de quoi faire pâlir d’envie les utilisateurs d’autres logiciels de gestion bibliographique : la possibilité de diviser sa bibliographie en sections, de réaliser plusieurs bibliographies dans le même document, de diviser sa bibliographie selon l’emploi des références dans les chapitres, ou selon des thèmes et mots-clés, ou par types de documents…

Concrètement, pour l’impatient qui voudrait se lancer tout de suite dans BibLaTeX, il suffit d’ajouter dans le préambule la commande suivante :

\usepackage[babel]{csquotes}% Si vous ne l'aviez pas déjà.
\usepackage[backend=biber,%si on utilise biber, sinon bibtex.
sorting=nyt,%si on veut que les références soient triées dans la bibliographie par nom/date/titre.
style=style_choisi%par ex. historische_zeitschrift.
]{biblatex}
\addbibresource{Mon_fichier.bib}

Pour citer une référence, il suffira d’insérer à l’endroit opportun la commande :

\cite{clé}

Puis, pour afficher la bibliographie :

\printbibliography

Pour terminer, voici quelques exemples obtenus avec mon style de citation maison (encore en version bêta). Tout d’abord quelques citations en note :

Citations

Des citations en note

Et maintenant un extrait de la bibliographie :

bibliographie

Un extrait de la bibliographie

  1. Pour comprendre le principe de cette notation, il faut imaginer que les chiffres et opérations que l’on y met s’empilent, et que l’on pioche à partir du sommet de la pile : ainsi, si l’on écrit 10 3 2 + * le résultat est 50, puisque l’on prend les deux éléments du sommet de la pile (3 et 2) pour réaliser la première opération, donc 3+2 = 5 puis 5 est reposé au sommet de la pile, et on reprend les deux éléments du sommet de la pile pour faire la seconde opération, soit 5*10 = 50. Clair, non ? []

Jean-Baptiste Camps

Diplômé de l'École nationale des chartes et docteur en études médiévales de l'Université Paris-Sorbonne (la Chanson d'Otinel…, dir. Dominique Boutet ), Jean-Baptiste Camps est responsable pédagogique du master «Humanités numériques» à l'École nationale des chartes (PSL). [CV et liste des publications, voir : http://paris-sorbonne.academia.edu/JeanBaptisteCamps]

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn