Louis Havet, Cesare Segre, critique verbale et diasystème

Dire clairement et fournir les outils pour penser ce que tout le monde croyait savoir est peut-être ce qui caractérise certaines avancées scientifiques. Dans deux articles publiés en 1976 et 1978, Cesare Segre définit ce qu’il nomme le « diasystème » des textes :

Segre (Cesare), « Critique textuelle, théorie des ensembles et diasystème », Bulletin de la classe des lettres et des sciences morales et politiques de l’Académie royale de Belgique, 62 (1976), p. 279–292.

———, « Les transcriptions en tant que diasystèmes », dans La pratique des ordinateurs dans la critique des textes, Paris, 1979, p. 45–49.

Cesare Segre et le diasystème

Revenons à la définition qu’il en propose :

(…) chaque texte littéraire constitue une structure. Cette structure est la réalisation d’un système linguistique et stylistique. (…) Qu’est-ce qui se passe si les retouches linguistiques et stylistiques ne sont pas apportées par l’auteur, mais par des copistes, des éditeurs, etc. ? Du point de vue théorique, il y a interférence de deux systèmes : celui de l’auteur et celui du copiste, de l’éditeur, etc. Le copiste maintient le système de l’auteur, dans la plupart des cas, de façon quantitativement remarquable, mais il y intervient pour réaliser au moins en partie son propre système (…). Les copistes médiévaux travaillent normalement entre deux pôles d’attraction : l’effort pour respecter l’exemplaire qu’ils copient et la tendance à suivre leurs propres habitudes linguistiques. Le résultat est un compromis linguistique ; et le philologue doit péniblement restituer l’aspect originel du texte à l’aide, par exemple, des rimes. Le résultat de cette Sprachmischung pourrait être défini, à mon avis, un diasystème. Le terme, créé par Weinreich désigne en « dialectologie », soit le super-système auquel on peut ramener deux systèmes similaires, soit le système qui naît d’un compromis entre deux systèmes en contact. Il me semble que le mélange linguistique représenté par les transcriptions médiévales constitue un type particulièrement développé et intéressant de diasystème, dans la seconde des deux acceptions données1.

Cette définition, qui renvoie à une réalité et un constat connu, ouvre, par sa théorisation, des horizons riches à la critique textuelle et à la stemmatique :

S’il est vrai, comme je viens de le suggérer, que les concepts de variante, de faute, de leçon équipollente rentrent dans les deux ensembles complémentaires des leçons authentiques et des leçons innovées, la connaissance du système stylistique propre à chaque copiste devient pour le philologue un nouvel instrument d’analyse. En effet, ce qui permettra de reconnaître l’affinité génétique entre deux ou plusieurs manuscrits ne sera plus seulement la présence de fautes communes, mais aussi le fait que ces manuscrits appartiennent au même système stylistique, qui n’est pas celui qui s’est réalisé dans l’œuvre. Chaque variante qui appartient à ce système peut être considérée comme une innovation, même quand elle est tout à fait plausible. Ce critère est particulièrement efficace dans le cas de textes où on décèle de véritables remaniements, plutôt que des fautes, par exemple dans les chansons de geste. (…) Dans le cas le plus simple, le diasystème sera le résultat du compromis entre le système du texte (S1) et le système du copiste (S2) : D = S1 + S2. Mais cette même copie sera à son tour recopiée par un autre copiste, avec son système (S3) ; il en résulte : D = (S1 + S2) + S3, et ainsi de suite. L’établissement du stemma coïncidera alors avec une stratigraphie des divers systèmes qui coexistent dans un texte. S’il est vrai que la dichotomie représente la majorité statistique des possibilités stemmatiques, on est autorisé à conclure que le philologue arrivera à travailler dans la plupart des cas sur deux diasystèmes, ceux des sous-archétypes, et que par leur comparaison, il pourra chercher à restituer l’image de l’archétype (ou de l’original)2.

Mais la force de la théorie de Segre est qu’elle ne se borne pas à souligner l’existence de deux systèmes concurrents, qui seraient clairement séparables et où l’on pourrait toujours dégager ce qui relève de l’un ou de l’autre, mais elle met également en valeur les interférences, les compromis, issus de la mise en contact des deux :

Chaque transcription constitue donc une sorte de « créolisation » du texte. (…) Le dépouillement linguistique qui accompagne d’habitude les éditions critiques ne fait que préciser le mélange entre la langue ou le dialecte de départ et les particularités linguistiques propres au copiste, ou à la série de copistes qui se sont succédés. Souvent, dans des analyses plus subtiles, on arrive à déceler aussi des phénomènes d’interférence, autrement dit des solutions de compromis entre les langues en contact3.

et, pour reprendre la citation de Vogt que donne Segre :

« Tout enrichissement ou appauvrissement d’un système comporte nécessairement la réorganisation de toutes les oppositions distinctives précédentes. Admettre qu’un élément donné soit simplement ajouté au système qui le reçoit sans y provoquer de conséquences signifie détruire l’idée même de système ».

Pour résumer, « Il ne s’agit pas de détecter des fautes et des déformations, mais de découvrir les effets du compromis entre deux ou plusieurs systèmes », perspective qui toutefois « ne compromet pas les méthodes ecdotiques » mais « écarte une idée trop simpliste de la reconstruction du texte. En effet, s’il est toujours permis de corriger les fautes d’un texte donné, par contre les autres variantes réclament un jugement qui soit fondé sur l’évidence du contexte, tout autant que sur la cohérence des diasystèmes en concurrence » et permet au contraire « d’appliquer les procédés de l’analyse linguistique des textes (fondés sur des considérations d’ordre statistique et probabiliste) à l’étude des variantes de contenu (affronté d’ordinaire par une problématique binariste) »4 .

Louis Havet et la critique verbale

Voilà qui nous permet d’aborder avec une regard renouvelé le travail magistral entrepris par Louis Havet, et publié dans son Manuel de critique verbale appliqué aux textes latins, travail qui, chez les romanistes, n’a pas nécessairement toujours eu bonne réputation5. Il faut pourtant faire justice aux constatations de bons sens, qui n’ont, pour certaines, aucunement perdu de leur actualité, que Havet livre dans son introduction.

Tout d’abord, contre les correcteurs qui auraient la main leste, il multiplie les avertissements, et s’il écrit en « subordonnant les corrections aux fautes », c’est parce qu’une « correction ne vaut que par sa traduction en l’énoncé d’une faute » ; et ces fautes doivent être caractérisées par des « indices de faute », à distinguer des « licences de métrique » et des « fautes d’auteur » ; cela doit nous mener à « donner sa pleine valeur à un principe souvent oublié et violé dans la pratique, celui de la concordance des indices de faute. C’est ce principe (…) qui introduit dans la constatation des fautes un élément objectif ». Faisant de son ouvrage une « protestation contre un simplisme mensonger », il rappelle en outre que la critique verbale doit s’appuyer sur des connaissances linguistiques et stylistiques pointues, et il évoque ainsi notamment la « métrique dramatique » (nous soulignons) :

Au lieu d’expliquer tels phénomènes par quelque suggestion du grec, ou bien par une influence prétendue de la phonétique latine, j’y vois les effets d’une nécessité terre à terre et toute pratique, celle de faciliter la récitation de l’acteur en guidant sa mémoire et sa voix. Une démonstration ne serait possible qu’après de longs travaux préparatoires de statistique comparative6.

En mettant en avant l’étude des fautes en elles-mêmes, Havet ouvre la voie à l’étude des systèmes des scribes et à une meilleure connaissances des phénomènes propres à la transmission manuscrite des textes. Il est extrêmement regrettable qu’il n’y ait pas eu, dans le domaine de la romanistique, d’ouvrage équivalent à celui entrepris par Havet. Un travail qui serait sans doute difficile, mais pas hors de portée, et dont on ne saurait, finalement, se dispenser ; les risques d’un raisonnement systématiquement spécifique, sans effort de théorisation générale, n’étant pas moins grands que ceux d’un raisonnement d’ensemble qui néglige les spécificités de chaque cas. Nous ne pouvons, en la matière, qu’applaudir aux propos tenus par Robert Marichal, en conclusion du colloque de 1978 consacré à La Pratique des ordinateurs dans la critique des textes :

Les latinistes ont le Manuel de critique verbale de Havet – il n’intéresse pas seulement d’ailleurs les latinistes et je connais un assyriologue qui en fait le plus grand cas –, mais ils l’utilisent souvent mal, comme un réservoir de corrections, au lieu, comme Havet le souhaitait, de l’étudier et de l’enrichir. Pour la langue vulgaire, nous n’avons rien. (…) J’ai essayé d’adapter à l’ancien français les analyses de Havet et j’ai accompagné, en 1956 et 1970, deux éditions d’un catalogue, ébauches très imparfaites et très incomplètes, en particulier parce que les textes étaient courts, les fautes donc peu nombreuses : deux mille seulement se répartissant en moins de cent catégories. C’est donc tout à fait insuffisant, mais c’est un premier pas que j’accomplissais dans l’espoir, fortement teinté de sceptiscisme, que certains m’imiteraient : je n’ai été suivi par personne, pas plus d’ailleurs que ne l’avait été Havet lui-même, en 1925, dans son édition de l’Asinaria. Je n’en suis pas étonné : c’est un travail long et fastidieux, démoralisant parce qu’il est très complexe ; il requerrait d’ailleurs la collaboration d’un psychologue. Mais il ne paraît pas douteux qu’un gros catalogue, bien fait, fondé sur de nombreux textes variés, nous donnerait une compréhension beaucoup plus profonde de la psychologie d’un copiste et permettrait d’aboutir à une pondération statistique des variantes, dont plusieurs d’entre vous ont d’ailleurs déjà parlé7.

Cet impératif demeure ; tout comme le regret que le principe d’un « catalogue des fautes » ne se soit pas imposé comme partie légitime de toute édition critique, qu’on lui préfère ou non le nom de census des phénomènes du système du copiste8.

Robert Marichal lie d’ailleurs l’élaboration de ces catalogues à la question, alors fraîchement énoncée, de la caractérisation des systèmes des scribes, nécessairement complétée par une étude codicologique et paléographique approfondie : « Plus profondément, par cet examen [des fautes et des aspects codicologiques] on peut espérer tracer, comme on dit aujourd’hui, le profil, plus ou moins caractérisé, bien sûr, d’un copiste, découvrir son propre code, son système, différent de celui de l’auteur et, par conséquent, décrypter ces diasystèmes dont M. Segre nous a montré l’importance et dont l’étude peut dépasser l’ecdotique pour aborder les secrets de la création (…). »9.

Apports à la stemmatique

Revenons un instant à nos moutons stemmatiques : un des enjeux essentiels des critiques apportées aux méthodes statistiques de stemmatologie, dont très notablement celle de Dom Quentin, est d’être, justement, trop « statistiques », en refusant dans un premier sens le jugement de qualité des variantes, et en reportant l’orientation du stemma à une étape ultérieure, après l’établissement des liens entre les manuscrits. Retour de fait à l’empirisme et à son postulat que « communauté de leçon implique communauté d’origine ». Voilà qui a de quoi faire bondir tout adepte de la méthode de Lachmann, pour qui « communauté d’erreur implique communauté d’origine », et ce encore si et seulement si cette erreur est de celles qui n’ont pu être commises indépendamment par deux scribes, ou rattrapées par un copiste un peu habile.

Les méthodes de stemmatologie purement statistiques peuvent vraisemblablement être en ce sens à profit remplacées par des méthodes algorithmiques. Cette donnée a bien été notée depuis un certain temps par les stemmatologues et fait même l’objet d’un projet de recherche spécifique, le projet STAM (Algorithmic Methods in Stemmatology).

C’est par là, bien sûr, que cette question rejoint le diasystème et la critique verbale ; car face à cette nécessaire hiérarchisation des variantes, et aux typologies de faute qui font transpirer les stemmatologues, si l’on peut certes choisir de faire appel au jugement critique du philologue (qui est, toujours, absolument indispensable comme le note Jean-Duplacy10), émerge la nécessité de s’appuyer sur une connaissance fine des mécanismes de transmission des textes, des facteurs de faute ou des causes de variation, pour concevoir des outils philologiques et mathématiques permettant d’estimer la chance qu’à une leçon de constituer une erreur séparative, la probabilité qu’elle a d’appartenir au système du scribe ou à celui de l’original, etc.  Et pour ce faire, partir de l’existant : la caractérisation et l’identification de ce qui forme le système du scribe – ou les systèmes des scribes successifs11.

Ce fondement établi, il sera alors possible de proposer des méthodes, à la fois algorithmiques et statistiques, qui permettront de dégager les stemmas possibles, et d’estimer, pour chacun et de manière relative, la probabilité d’être le bon12.

Peut-être est-il alors possible de relire l’interrogation formulée par Frédéric Duval, « Quel éditeur pourra juger du degré de confiance à placer dans des algorithmes complexes, dont il ne maîtrise pas les soubassements ? »13, en disant qu’il nous faut considérer le chemin à faire comme le prolongement de la philologie par des méthodes mathématiques, plutôt que l’application de méthodes mathématiques à la philologie14.

  1. C. Segre, « Critique textuelle, théorie des ensembles et diasystème », Bulletin de la classe des lettres et des sciences morales et politiques de l’Académie royale de Belgique, 62 (1976), p. 279–292, aux p. 283-285. []
  2. Ibid., p. 286. []
  3. Id., « Les transcriptions en tant que diasystèmes », dans La pratique des ordinateurs dans la critique des textes, Paris, 1979, p. 45–49, à la p. 46. []
  4. Ibid., p. 45. []
  5. Voir notamment B. Cerquiglini, qui le qualifie de « traité de criminologie et manuel de psychologie clinique du scribe » Bernard Cerquiglini, « Eloge de la variante », Langages, 17 (1983), p. 25-35, à la p. 30, terme d’ailleurs proche de celui employé par Havet, qui dit de son ouvrage qu’il « ressemble à une Pathologie plutôt qu’à une Thérapeutique », pour insister sur le fait qu’il subordonne les corrections aux fautes, et que ce sont ces dernières qui sont au cœur de son ouvrage. []
  6. Louis Havet, Manuel de critique verbale appliqué aux textes latins, Paris, 1911, p. XII-XIII. []
  7. Robert Marichal, « Conclusions du colloque », dans La Pratique des ordinateurs dans la critique des textes, cit.,  p. 285-288, à la p. 287. []
  8. Il faut toutefois citer les deux éditions où Marichal a livré un catalogue de fautes, La navire ou consolation du Roi François Ier à sa soeur Marguerite, Paris, 1956, et  Marguerite de Navarre, La Coche, Genève et Paris, 1971 ; ainsi que la liste donnée dans École nationale des chartes, Groupe de recherches « Civilisation de l’écrit au Moyen Âge », Conseils pour l’édition des textes médiévaux, Fascicule II, Actes et documents d’archives, Paris, 2001, p. 25-30 []
  9. Ibid., p. 288 []
  10. Rappelant que « le rôle d’une philologie éclairée est bien entendu essentiel », il note que « Avant tout calcul taxinomique, manuel ou automatique, le philologue rencontre un certain nombre de problèmes préalables qui sont fondamentalement de son ressort, même quand leur solution comporte un recours aux mathématiques et à l’informatique » ; Jean Duplacy, « Préalables philologiques à la classification automatique des états d’un texte », dans La pratique des ordinateurs dans la critique des textes, Paris, 1979, p. 23-33. []
  11. En la matière, au-delà du domaine de la stemmatologie, les innovations dans le domaine de l’authorship attribution ou de l’identification de séquences aberrantes dans des textes peuvent nous être utiles. Si l’on est en mesure de dégager le système des scribes des différents manuscrits, on peut proposer une approximation, du système du modèle, de l’archétype ou, disons-le, de l’original. Et de là, nous disposons d’outils qui nous permettront d’estimer la probabilité qu’à une leçon d’appartenir à l’un des deux. []
  12. Cela correspondrait aux remarques formulées par Humphrey Palmer, sur la nécessité de ne pas se contenter de proposer un stemma probable, mais de prouver qu’il est le seul possible, ou de savoir qu’il ne l’est pas ; Humphrey Palmer, « Proving uniqueness in a pedigree of manuscripts », dans La Pratique des ordinateurs…,  p. 185-189. []
  13. Frédéric Duval, « Conflit d’interprétations : typologie des facteurs de choix éditoriaux », dans Les enjeux intellectuels des pratiques d’édition (Paris les 4, 5 et 6 mai 2011), Paris, 2011. []
  14. Voir notamment les remarques de Alexander Kleinlogel, « The application of numerical methods to manuscript classification and genealogy has in general been confined to a transfer of quantitative techniques developed for other disciplines. The question of their theoretical adequacy in the domain of textual criticism and of their compatibility with the inherent logical structures has hardly ever been raised or answered…»., « Fundamentals of a formal theory of manuscript classification and genealogy », dans La Pratique…, p. 193-205, à la p. 193. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *