Comment buvait-on chez Al Capone? Observer l’inobservable 2

Observer l’inobservable : tel était l’ambitieux agenda de notre précédent billet. Aux incrédules qui refuseraient d’imaginer qu’une telle magie puisse opérer, nous proposons une petite démonstration de ce tour de passe-passe. Le défi que l’on se propose ici n’est pas si mince : retracer la consommation d’alcools des Américains pendant la période de la Prohibition.

Durant cette période, en effet, il n’est plus possible de suivre cette consommation par les moyens habituels : l’alcool qui circule n’est évidemment pas soumis à un contrôle de l’Etat, ni à ses prélèvements obligatoires. De la sorte, il n’existe plus de statistiques fiables sur l’alcool produit et consommé dans le pays. Or, ces données seraient cruciales pour l’historien de la période, qui ne peut ni se faire une idée de l’efficacité de la politique anti-alcool des différents Etats américains, ni prendre une réelle mesure de l’économie souterraine liée aux trafics d’alcool, ni même vérifier l’adhésion réelle des Américains à ces mesures qu’ils ont fait voter.

Votre vue se trouble ? Prenez donc une petite proxy !

Pour résoudre ce problème, Jeffrey Miron, actuellement professeur au Massachussets Institute of Technology, a commis une série d’articles avec différents co-auteurs, visant à isoler une variable, ou un ensemble de variables, qui permettraient de suivre la consommation de boissons alcoolisées des Américains pendant cette période troublée.

Dans un article de 1991 [Miron, 1991], Miron a ainsi testé quatre indicateurs potentiels de la consommation d’alcool aux Etats-Unis: la mortalité due à la cirrhose, la mortalité enregistrée par les médecins comme étant directement due à l’alcool, les arrestations sur la voie publique pour « état d’ébrieté », et les maladies mentales causées par la consommation d’alcool – indicateurs pour lesquels on peut trouver des données fiables tout au long du siècle.

Pour chacune de ces variables, ils ont testé une relation de la forme :

avec :  

Yt un des 4 indicateurs au temps t, 

Xt la consommation d’alcool au temps t,

α, β, γ des constantes,

t un indice de tendance,

εt le résidu.

L’indicateur pour lequel la régression donne les meilleures performances (en particulier, celle où la variance expliquée R² est la plus élevée) sera choisie. De manière surprenante, la variable expliquant le mieux la consommation d’alcool à un temps t se révèle être le nombre de morts par cirrhose au même temps t. Médicalement, ce constat est très surprenant : une cirrhose est le résultat d’une consommation régulièrement excessive d’alcool, elle met du temps à se déclarer. C’est donc une variable décalée (la mort par cirrhose en t+5 ou 6) qui devrait donner les meilleures performances. Pourtant, il n’en est rien, et ceci semble même être une constante internationale sur ce siècle, comme l’ont montré et Miron et Dills dans leur article de 2003. [Dills, 2003]

Grâce à cette relation solide, on peut déduire la consommation d’alcool des Américains pendant la période. Il semblerait que la Prohibition n’ait en réalité fait diminuer la consommation que très peu de temps, et à très faible échelle, avant que la consommation ne remonte impitoyablement, jusqu’à la suppression des lois anti-alcool.

De l’eau dans notre vin

Bien évidemment, ce type d’études ne peut pas remplir les promesses impossibles de notre titre. On ne fait ici qu’inférer l’inobservable, on ne l’observe pas. On comprend toutefois l’intérêt de ce genre de méthodes, qui ne prédit probablement pas parfaitement l’état inobservable, mais qui donne, suite à un raisonnement rigoureux, un ordre de grandeur fiable. L’estimation, même imprécise, est d’un intérêt certain, surtout lorsqu’elle révèle, comme c’est le cas dans les études de Miron et de ses co-auteurs, des résultats assez contre-intuitifs. Nul doute que ce type d’étude donne à penser pour les historiens de la période.

Bibliographie

DILLS A.K., MIRON J., “Alcohol prohibition and cirrhosis”, NBER Working Paper Series, Cambridge, 2003, MIT Press

MIRON J., “Alcohol consumption during prohibition”, NBER Working Paper Series, Cambridge, 1991, MIT Press

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *